Focus sur le Bbio.

Pour construire ou accroître la surface d’un bâtiment à usage d’habitation en accord avec la règlementation légale en matière de consommation énergétique ; il est important de suivre les exigences de la RT 2012. Or, celle-ci repose sur plusieurs critères essentiels, dont l’obtention du « Bbio » ;  abréviation du besoin bioclimatique.
Focus sur ce label fondamental de la construction moderne.

Définition du Bbio.

A vrai dire, l’obtention du Bbio garantit que le bâtiment est optimisé pour éviter la déperdition énergétique. Ce qui signifie par conséquent qu’il est par exemple correctement isolé. Ou encore, qu’il est pensé pour bénéficier d’un éclairage naturel, notamment via l’augmentation de surface vitrée sur le projet. De même, il est important que le bâtiment n’ait pas un fort besoin de refroidissement à la chaude saison, pour éviter de devoir recourir constamment à l’usage de la climatisation. Autant de préoccupations qui permettent de qualifier son bâtiment pour l’obtention de ce label si convoité. En réalité, le Bbio fait l’objet d’un calcul simple. Cela car le label Bbio est obtenu si les besoins du bâtiment en énergie sont inférieurs au besoin maximum autorisé par la RT 2012.

Comment est-il calculé ?

A vrai dire, la formule pour calculer ce Bbio est assez simple. En effet, il s’agit de Bbio = 2 x Besoin en Chauffage + 2 x Besoin en Refroidissement + 5 x Besoin en éclairage. Suite à cette opération, le nombre obtenu sera comparé à la norme énoncée dans la RT 2012 afin de savoir si le projet peut oui ou non obtenir cette fameuse qualification.

Dans quel cas briguer le Bbio ?

Bien entendu, certains pourraient se demander pourquoi courir après ce précieux label … Et bien tout simplement parce que l’environnement est devenu une préoccupation majeure de notre société ces dernières années. Ainsi, depuis 2013, les services d’urbanisme peuvent refuser d’accorder un permis de construire si le bâtiment ne présente pas un Bbio adéquat.
Selon le texte de loi, la RT 2012 est applicable « (…) à tous les bâtiments ou parties de bâtiments neufs chauffés ou refroidis afin de garantir le confort des occupants ». Et plus précisément, sont concernés par ce texte les : « (…) bureaux, bâtiments à usage d’habitation (maisons individuelles ou accolées, logements collectifs, cités universitaires et foyers de jeunes travailleurs si leurs chambres possèdent une cuisine), enseignement, accueil de la petite enfance, bâtiments universitaires d’enseignement et de recherche, hôtels, restaurants, commerces, gymnases et salles de sport y compris les vestiaires, établissements de santé, EHPA, EHPAD, aérogares, tribunaux et palais de justice, bâtiments à usage industriel et artisanal ». Ainsi, pour tous travaux d’extension ou de constructions de bâtiments de ce type ; le Bbio devient obligatoire.

Dès lors, assurez vous que votre projet de construction ou d’agrandissement soit conforme à la législation existante pour mettre toutes les chances de votre côté !

Cet article est une contribution libre rédigée par un auteur partenaire et non par la société elle-même.

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire